7 slogans pour comprendre les féminismes

Avec sa couverture colorée et ses dessins stylisés, la BD de poche « Le féminisme » interpelle. Si sa forme change des livres massifs de sociologie, c’est parce que Anne-Charlotte Husson, autrice, et Thomas Mathieu, dessinateur, l’ont voulu comme un ouvrage ludique et pédagogique. Au travers de 7 slogans et citations, ils décryptent l’histoire et les luttes du féminisme.

publié le 24.04.2017 par Sarah Gay-Balmaz  

Un peu de curiosité, c’est tout ce qu’il faut pour s’immerger dans « Le féminisme », BD publiée en octobre 2016 par la maison d’édition belge Le Lombard au sein de la collection « Petite Bédéthèque des Savoirs ». En effet, pas besoin d’être calé sur le sujet. Anne-Charlotte Husson, doctorante en linguistique et autrice du blog « Genre ! », propose une immersion dans ce mouvement au travers de l’analyse de sept slogans phares qui l’ont impacté. Le tout est illustré par Thomas Mathieu, qui était à la base du blog “Projet Crocodile”, dénonçant le harcèlement et le sexisme ordinaires – ces agressions du quotidien, allant de la main aux fesses à l’infantilisation. Et si ces deux figures reconnues de la blogosphère ont déjà eu l’occasion d’analyser les causes féministes en profondeur, le contenu reste ici accessible et ne prend rien pour acquis.

Des slogans impactants

Dès les premières pages, le ton est donné : plutôt que de proposer une vision unique du féminisme, le parti pris des auteurs a été de s’intéresser à la cause des femmes. Et pour mieux appréhender les luttes qui l’ont marqué et qui le marquent encore aujourd’hui, Anne-Charlotte Husson et Thomas Mathieu ont décidé d’analyser le mouvement féministe au travers de slogans. Du mythique « on ne naît pas femme, on le devient » de Simone de Beauvoir à « nos désirs font désordre », sept phrases impactantes sont ainsi décryptées tout au long de la BD. L’auteure les replace dans leur contexte, mais les utilise aussi comme point de départ pour expliciter des concepts liés aux questions féministes. Constructivisme, genre et intersectionnalité sont entre autres abordés, décortiqués et repositionnés. Cette manière pédagogique d’approcher le discours permet de donner des bases « académiques » ainsi qu’un aperçu des problématiques touchant au droit des femmes.

Les féminismes en images

Violence, sexualité, droit de vote, accès à la contraception, etc… Les thèmes abordés ne sont pas vraiment anodins. Mais au travers d’une mise en image colorée – voire naïve – avec des dessins qui ne cherchent pas le détail, le propos est particulièrement bien servi. Face au foisonnement d’informations, Thomas Mathieu a réussi le tour de force d’imager des concepts complexes, ce qui permet une lecture agréable. Le format BD convainc tout à fait pour habiller et expliciter un sujet aussi copieux que les féminismes, richement analysé via la plume d’Anne-Charlotte Husson. Le dessin permet de dynamiser le propos et de l’illustrer, tout en le rendant accessible à tout un chacun.

Tour d’horizon tout public

Les phrases figurant dans la BD permettent non seulement d’aborder des thèmes propres au féminisme, mais renvoient également à des jalons historiques ayant marqué les luttes des femmes. Par exemple, au cours du chapitre « le privé est politique », on revient sur le procès de Bobigny et son impact quant à la dépénalisation de l’avortement. Quant à « White woman listen », il permet d’expliciter le mouvement “Black feminism” apparu dans les années soixante, alliant critique du sexisme et du racisme. Les sujets abordés sont très divers et se rapportent aussi à des figures importantes :  L’ouvrage donne ainsi à voir non pas une seule perspective du féminisme, mais insiste sur la pluralité des luttes et des mouvements à l’intérieur même de ces dernières. La BD ne se veut pas exhaustive pour autant, mais permet un tour d’horizon ludique et subtil, loin de la densité d’analyses académiques parfois inaccessibles. Surprenant par sa richesse d’informations et sa concision stylistique qui le rendent d’autant plus lisible, « Le Féminisme » est à la portée de touTEs. À conseiller aux plus ferventEs défenseurSEs de l’égalité, comme à ceuxELLES intéresséEs à comprendre la nécessité de cette cause… Et aux autres aussi, pendant qu’on y est !