crossplay: le costume avant le genre

Festif, sympathique et parfois déconstruisant, le costume est une pratique millénaire. Zoom sur le crossplay qui avant d’interroger les normes reste une pratique artistique.

Publié le 05.05.2016 de MAUD MARCHAL DOMBRAT

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Du 25 au 28 mars dernier, Zelda, Mario, Pikachu et bien d’autres prenaient vie durant quelques jours à la Polymanga de Montreux, événement suisse sur la pop culture, les jeux vidéo et les mangas. Les initiatives de ce genre se multiplient en Suisse et la pratique du Cosplay est de plus en plus connue. Composé des mots anglais « costume » et « play », le cosplay est un loisir qui consiste à jouer le rôle de personnages fictifs en imitant leur costume (la partie « costume ») et leur personnalité (la partie « play »). Pourtant cette pratique conserve encore beaucoup d’aspects méconnus du grand public. Certains adeptes se plaisent en effet à «changer de sexe » le temps d’un costume. Alors simple pratique artistique ou rébellion contre les normes de genre? .

Rin (pseudonyme) et Asura (pseudonyme) ont respectivement 19 et 20 ans et pratiquent toutes les deux le cosplay depuis six ans. La spécificité de leur pratique est le crossplay, qu’elles pratiquent quasiment depuis le début. Cette branche spécifique du cosplay consiste simplement à se costumer en un personnage du sexe opposé. Ainsi, si Rin ne cosplay que des hommes, Asura elle, alterne. Mais quelle signification donnent-t-elles à cette pratique ?

Le plaisir avant tout

En Suisse romande et ailleurs, la communauté des cosplayers est principalement féminine. Ainsi, le crossplay peut tout d’abord être envisagé comme un moyen de compenser le faible nombre d’hommes.

« Nous sommes un groupe de cosplayeurs et jusqu’à peu, nous n’étions que des filles, Confie Rin, du coup, lorsque nous voulions faire des cosplays de groupe, il fallait bien que certaines d’entre nous se costument en homme.« 

Pourtant, la faible part d’hommes dans le cosplay n’explique pas tout. Le choix du personnage est aussi une question de goût : Ainsi, la plupart des cosplayers choisissent leur personnage en fonction de l’affection qu’ilsELLES ont pour celui-ci.

 » Au final, on choisit le personnage parce qu’il est appréciable et qu’on aime ses vêtements, son style.« , développe Asura. Les crossplayers décident ainsi de ne pas se focaliser sur un seul type de personnage afin de se laisser une grande liberté de choix. « Des fois dans les mangas les personnages féminins ne sont pas intéressants, explique Rin, dans ce cas, je préfère choisir un garçon. « 

Une transformation radicale

Mais contrairement à ce que l’on peut penser, le crossplay n’est pas intrinsèquement lié à la sexualité et à l’expression de genre. « Ça n’a rien à voir avec la sexualité, souligne Nicolas, cofondateur de la Swiss Cosplay Family et cosplayer, Les médias vont souvent chercher à mettre en avant les personnes qui se posent des questions sur leur sexualité . En réalité, c‘est vraiment une démarche artistique. Le but dans le cosplay est de ressembler le plus possible au personnage. Les personnages androgynes seront mieux portés par des cosplayers aux traits fins, du coup une fille aura plus de facilités à faire un personnage provenant d’oeuvres japonaises qu’un garçon, ce qui peut pousser au crossplay. « 

Nos deux crossplayers confirment. «J’ai déjà cosplayé un homme très viril, mais je l’ai choisi parce que nos visages étaient un peu similaires, malgré sa barbe et ses gros muscles. » renchérit Asura

Les crossplayers jouent donc avec les caractéristiques sexuées traditionnellement attribuées aux hommes ou aux femmes. Les formes, les poils, deviennent des instruments servant à se transformer en personnages « crédibles ».

« On fait du contouring [technique de maquillage servant à modifier les traits du visage], du chest binder [bandage de la poitrine] expliquent Rin et Asura, Dans le cas où le personnage est vraiment imposant, on peut utiliser de la mousse. Pour être honnête, nous n’avons pas vraiment eu l’occasion d’essayer. Parfois, certains personnages montrent leurs abdos. Dans ce cas, on va aussi faire du contouring sur le ventre. Pour les barbes de trois jours, on fait beaucoup avec du crayon. Sinon, on prend des cheveux de perruques et on les colle avec de la colle à postiches. Pour les hommes… Je crois qu’ils utilisent pas mal de mousse pour faire les formes ainsi que le contouring, pour affiner les visages. »

Ainsi, les stéréotypes associés aux crossplayers sont réfutés non seulement par les pratiquantEs, mais aussi par des habituéEs du milieu. Loin des clichés, les crossplayers tentent avant tout de donner vie à des personnages qu’ils apprécient, et ceci de la manière la plus crédible possible.

https://www.facebook.com/SwissCosplayFamily/?fref=ts page de la Swiss Cosplay Family

https://facebook.com/harunohanacosplay/ page de haru no hana, groupe de cosplay de Rin et Asura

https://www.facebook.com/StylouzCosplay/?pnref=lhc page de Nicolas