Interpeller pour sensibiliser

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publié le 28.11.2016 par L’EQUIPE DECADREE

Un samedi à la plaine de Plainpalais. Au bord, le marché aux puces bat son plein, au milieu le cirque se réveille. Des passantEs presséEs traversent, d’autres s’arrêtent pour regarder un vase, un meuble ou un chapeau ou simplement profiter de la douceur du soleil de midi. D’un coup, sans rien avoir demandé, ils entendent crier « Et sale pute ! … Hey mademoiselle… Tu vas la manger cette glace ? … viens goûter à ma bite ! T’arrêteras d’être lesbienne ». Sans rien voir, ilELLEs se sont retrouvéEs dans la zone relouE montée par le Parlement des jeunes Genevois. Sans rien demander, comme les femmes qui vivent du harcèlement de rue au quotidien, ilELLEs se retrouvent interpelléEs de tous les côtés et agresséEs…

Soudain unE membre du Parlement des Jeunes Genevois, de DécadréE mais encore de l’association des étudiantEs en études genre, s’approche. « Vous êtes dans un dispositif de sensibilisation contre le harcèlement de rue, ce que vous vivez, c’est ce que vivent les femmes au quotidien. Qu’en pensez-vous ? »

Sensibiliser en interpellant : voilà l’objectif de ce dispositif, zone relouE. Parmi les passantEs, il y avait de tout. CertainEs avaient déjà expérimenté le harcèlement de rue préalablement, d’autres niaient l’existence d’un tel problème à Genève, ou encore ne comprenaient pas la limite entre drague et harcèlement mais étaient ouvertEs au dialogue. Les réactions furent nombreuses. Si somme toute elles pouvaient être majoritairement encourageantes et compréhensives, le dispositif a également induit des discussions passionnantes et parfois houleuses… Preuve en est, que l’interpellation a fonctionné et que les personnes ont été questionnées…

Avant de partir, les passantEs pouvaient noter quelques mots sur une feuille, histoire de poser sur le papier leur sentiment après une telle expérience. Que retiendront-ilELLEs de cet instant ? Percevront-ilELLEs à présent différemment l’espace public ? Deviendront-ilELLEs des ambassadeurDRICEs d’un espace public plus safe ? Une chose est sûre, lors d’un instant, ilELLEs ont pu se mettre à la place d’une femme dans l’espace public.

 

Pour en savoir plus :