Savoir les mots justes

Pour sa campagne annuelle contre l’homophobie et la transphobie, la ville de Genève a choisi d’afficher dans l’espace public les termes non stigmatisants désignant les personnes LGBT.

Publié le 10.05.2016 de VALERIE VUILLE

De grandes affiches vertes fleurissent dès aujourd’hui dans les rues de Genève. Au design tape-à-l’œil, elles ne laissent pas indifférentE et attisent la curiosité. Ce n’est effectivement pas courant d’être confronté à des affiches en 5 langues simultanées. Il s’agit en fait de la troisième campagne de la ville de Genève, contre l’homophobie et la transphobie, « Les mots pour le dire ». Elle durera du 9 au 26 mai. Son objectif : couper l’herbe sous le pied de la stigmatisation en propageant une terminologie non stigmatisante.

Tout est parti d’un constat : les personnes LGBT sont trop souvent désignées avec des insultes, lit-on sur le communiqué de presse de la Ville de Genève. Pire encore, celles-ci, trop courantes, ne sont même plus considérées comme telles. C’est ainsi par méconnaissance que beaucoup reconduisent les stéréotypes. Cette même ignorance peut conduire à la peur et à la stigmatisation. Comment en effet apprendre à connaître et à accepter ce que l’on ne sait pas nommer? En affichant sur la place publique les bons termes, la Ville de Genève souhaite ainsi rompre le cercle de la stigmatisation. Le tout, elle le fait dans les 6 langues les plus parler à Genève : le français, l’anglais, le portugais, l’espagnol, l’albanais et l’arabe.

Mais les affiches ne seront pas les seules actions. Différents événements sont organisés durant le mois de mai pour sensibiliser et partager avec les GenevoisEs.

Programme :

10 mai : Le lancement de la campagne aura lieu à 19h à Uni Mail en collaboration avec leService égalité de l’UNIGE, avec une table-ronde qui explorera les liens entre identité et langage et questionnera les dispositifs de catégorisation des personnes LGBT.

17 mai : Durant la Journée internationale contre l’homophobie et la transphobie, la Fédération genevoise des associations LGBT et ses associations membres 360, Dialogai, Lestime, Parents d’homos et Think Out se tiendront dans la rue, auprès d’une affiche de la campagne, pour échanger avec le public. La campagne « Les mots pour le dire » sera également présente sur les stands de Think out, la Law Clinic, Nomoslab, Be You Network et Les Indociles dans le grand hall d’Uni Mail, tout au long de la journée du 17 mai.

23 mai : Des intervenantEs de la Fédération genevoise des associations LGBT viendront à la rencontre du public qui fréquente l’Université Populaire Albanaise pour 3 ateliers autour du langage et des discriminations racistes, homophobes et transphobes. Le film micro-trottoir « les mots pour le dire » réalisé par l’UPA sera utilisé comme base de travail et d’échange.

Jeudi 26 mai : La Dre Caroline Dayer interviendra au Centre de la Roseraie qui accueille des réfugiéEs pour sensibiliser les participantes et participants aux discriminations, aux enjeux de langage et d’injure et répondra à leurs questions. L’ensemble du personnel du centre a pu échanger avec Mme Dayer lors d’une matinée de préparation le 11 avril et initier une réflexion institutionnelle sur ces questions.

Vers 18h, un apéritif offert par Le Centre de la Roseraie clôturera cette dernière journée d’action et la campagne 2016. L’ensemble des participantes et participants, les partenaires de la campagne et les GenevoisEs sont conviéEs.